Et si on se respectait à défaut de tous s’aimer très fort ?

Dites donc, Babillages va se transformer en… blog PERSONNEL (pour le psy, ça ira, le voisin du Babillages Office est psychiatre, ah ah !) ! OH WAIT ! En ce moment, je poste beaucoup de billets fleuves, vous racontant tantôt mon parcours scolaire & pro, tantôt comment je perçois l’évolution de la blogosphère. Et tout à l’heure, j’ai écrit au sujet de mon ancienne drôle d’addiction pour le shopping.
Je crois qu’en réalité, c’est assez simple : je me suis trouvée, je suis à l’aise avec vous, je prends du plaisir à vous lire & à vous répondre quotidiennement et comme on s’entend toutes globalement très bien, j’ai encore plus envie de vous parler de choses un petit peu personnelles (sans pour autant franchir la fameuse limite que je m’impose).

capucine piot

Chaque jour, je bénis la chance d’avoir des lectrices polies et cool. Vous me faites rire, vous me tirez vers le haut, vous m’aidez à me remettre en question sur certaines choses. Vous me faites avancer. Je crois-même qu’on avance toutes ensemble et c’est pour ça que je vis cette aventure Babillages comme quelque chose de plus en plus positif. Comme si on construisait quelque chose de très chouette ensemble.

Seulement, je crois que cette accessibilité et cette « sympathie » me jouent souvent des tours. Certaines (je n’ai pas fait de statistiques, mais je pense que c’est 0,01% des lectrices, c’est dire !) se permettent des choses assez étonnantes. Parfois, ce sont des commentaires méchants et gratuits – surtout sur les réseaux sociaux. A d’autres moments, ce sont des attaques débiles envers les personnes qui sont amenées à bosser pour Babillages. Il y a des jours où on avance que pour une blogueuse beauté, je suis franchement laide (lol). Ou tout à l’heure, c’était un message m’expliquant qu’on ne me respectait pas car j’avais oublié d’annoncer un résultat d’un concours en temps et en heure (sympa !).

Forcément, je suis hyper présente un peu partout et j’essaie de répondre à tout le monde, car c’est la moindre des choses. Alors… je ne peux pas ignorer ces messages. Je ne vais pas vous cacher que parfois, ça me touche. La plupart du temps, je m’en fous. Et une fois tous les huit ans, je me prends à balancer une réponse bien badass sur Instagram et Facebook.

Je connais la chanson : « tu choisis de t’exposer, tu dois en accepter les conséquences« . Oui mais non.

J’accepte entièrement que l’on n’apprécie pas mon travail. J’accepte que l’on n’aime pas ce que j’écris. J’accepte qu’on préfère la teinte de rouge à lèvres Y plutôt que la X qui est ma favorite. J’accepte qu’on me challenge sans cesse pour que je sois une « meilleure blogueuse » et que le contenu de Babillages réponde au maximum à vos attentes.

En revanche, je n’arrive pas à envisager comment on peut trouver normal de « cracher virtuellement à la gueule » de quelqu’un, sous prétexte qu’on est caché derrière un écran d’ordinateur ou de smartphone. Bien sûr, ça m’est déjà arrivé. Et ce n’est pas ce que j’ai fait de plus intelligent ou de plus constructif dans ma vie – je le regrette, même, je me suis déjà excusée.
Depuis, j’ai arrêté d’être vilaine car j’ai appris de mes erreurs et j’ai compris le mal que cela pouvait faire. Je donne encore mon avis sur différents sujets, évidemment. Si j’ai blessé ou vexé quelqu’un, je m’en excuse et je retire le message car je ne suis pas là pour faire du mal à autrui. Et car je n’aimerais pas subir ce mal.

Pour moi, il y a une différence entre critiquer quelqu’un ou quelque chose n’importe comment et critiquer quelqu’un ou quelque chose correctement.

Le respect n’est pas quelque chose qui doit se mériter. Mais quelque chose qui nous est dû, naturellement, car nous sommes sensés être entre adultes, d’égal à égal. Et à la limite, si on n’est pas capable de faire autre chose que mépriser, ne pourrait-on pas faire a minima preuve de tolérance ? (Eh oui, mépris et tolérance ne sont pas incompatibles, les amis ;)))

Je ne parviens pas à saisir comment on peut réussir à créer autant de négativité dans un environnement si futile qu’est la blogosphère beauté… Au contraire, nous sommes toutes réunies autour de la même passion et a priori de la volonté d’échanger et de partager autour de ce loisir. Je ne demande pas à ce qu’on se tienne toutes la main pour faire une ronde de l’amitié. Juste, qu’on se respecte… ou qu’on se tolère.

La tolérance, un sujet plus que d’actualité.

Merci.

Cet article Et si on se respectait à défaut de tous s’aimer très fort ? est apparu en premier sur Babillages.

Author: Selia

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *